Le Val de Bise - Module NWN

Forum du Val de Bise, module RP de Neverwinter Nights
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'ouvrage interdit d'un poète en l'arme...

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Baptiste De Claimp
Epoux de Jaï De Claimp
avatar

Nombre de messages : 122

MessageSujet: L'ouvrage interdit d'un poète en l'arme...   Mar 14 Oct - 3:44

A la lueur d’une bougie sur la table de l’auberge, il griffonne de sa plume un ouvrage poussiéreux qui semble porter en lui le poids de toute une vie…

Douce frénésie,

Quand cesseras-tu de le couvrir de honte !

Car de ces cries s’échappe le faible qui porte la faille jusqu’à la plèbe.

C’est dans le sang qu’il y porte sa tâche pour vanter ainsi l’oraison d’une raison.

Et par ce fait d’arme qu’il ne peut effacer, il retiendra le vice d’un plaisir caché !

Il est le portrait d’un désir inavoué ou l’effigie d’un rien semble porter un tout…

Tourment de songes à travers les âges faisant du vivant la proie et du mort un loup.

Je ne suis que l’adepte d’un temps interdit ou les armes sont Roi et les femmes sont veuves !

Je ne peux prendre racine dans un cœur idyllique, car mon temps est précieux et les femmes nombreuses…

L’épée et mon cœur et la foi mon esprit, car l’épée ne peut prendre se que le cœur s’interdit.

Le titre n’est plus mais la fougue l’habite, il est ce même bougre qui fut sur la piste.

Peut importe le prix pour reprendre la grâce, car c’est en la disgrâce que naisse les plus grands destins !

Il n’y a pas plus libre qu’un homme désavoué, car les actes présents ne pourront l’en blâmer.

Il repose sa plume et referme l’ouvrage, et monte dans sa chambre pour y dormir profondément.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baptiste De Claimp
Epoux de Jaï De Claimp
avatar

Nombre de messages : 122

MessageSujet: Re: L'ouvrage interdit d'un poète en l'arme...   Mer 15 Oct - 16:01

(Griffonnant fébrilement l’ouvrage avec sa plume tout en faisant quelques tâches d’encre…)

Fichtre ! Ce bougre de nain n’était point chétif…

J’ai encore cette vive douleur à mon bras gauche qui me rappel ce duel à l’arène !
Bien que désavoué de ce combat je me dois de garder la tête haute.

En effet, l’honneur est sauf et je n’ai pas fuit comme un couard !
Pourtant il était fort aisé de comprendre que je n’avais aucune chance face à un fou de guerre…

Par chance mon beau visage ne porte plus la trace de se litige !
Fichtre ! J’avais la veille la trogne d’un hamster…

Je pense que mon premier contact avec les hommes d’armes c’est bien passé…
Je ne pouvais pas être plus au cœur de leurs préoccupations !

Il me faut certes un travail, mais la garde de Luskan son d’étranges bougres qui ne respectent
en rien le respect de l’étiquette…

Les sélections de recrutement doivent être accessibles aux manants et aux ivrognes.

C’est fort dommage surtout lorsque de telles hommes ont autant de responsabilité !
Enfin, j’ose espérer que certains sortent du lot…

Mais à moins d’avoir la preuve du contraire, je n’ai aucune envie de postuler chez eux !
Je pense me mettre au service d’un riche propriétaire ou seigneur…
Qui sait…
La légion peut aussi être un choix judicieux.

Malgré la souffrance de mes blessures je n’ai pas tout perdu…
Car en cette noble et gracieuse nuit j’ai pu voler la saveur d’un baiser !
Le silence est de mise mais le cœur ne peut trahir !
C’est avec cette lumière que mes songes s’emportent vers le rivage des rêves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baptiste De Claimp
Epoux de Jaï De Claimp
avatar

Nombre de messages : 122

MessageSujet: Re: L'ouvrage interdit d'un poète en l'arme...   Jeu 16 Oct - 12:24

(Une bougie qui vacille et la plume qui s’excite…)

C’est étrange la conseillère elle même…
Ma confidente d’un moment…
Elle est charmante malgré un regard dur qui laisse présager une souffrance bien enfouie…
L’ironie du sort veut qu’elle porte les armoiries de Padhiver.

Es-ce une démarche salutaire que de lui avoir livré ma vie ?
Ou es-ce le début d’une tourmente ?
Suis-je comme toutes ces peintures mortes qui n’auront plus d’espoir ?
Ou vais-je trouver l’espoir d’un retour à la grâce ?

Je me surprends à penser à cette épopée ou j’avais pour compagnons ce merveilleux destrier.
Me revoyant chevauchant dans de verts pâturages ou il sentait bon la grâce et la muse poétique qui guidé ce cœur vers de fières horizons…

Qui suis-je en ce jour pour ne pas être envahit par la crainte ?
Devenir l’adepte du plus offrant en mettant de côté l’histoire d’une vie…
Tout est si étrange, que cette vie est capricieuse.

Il fut un jadis ou la brume et les armes s’allièrent à la cause…
Il fut un jadis ou les larmes et le sang étaient un appel de justice.

Mais en ce jour, la nature de cet appel m’est encore inconnue !
Ou peut être...Es-ce l’appât du gain ?
La survie d’un être qui cherche sa raison sur les routes qui se perdent ?
Suis-je un vautour poétique qui n’attend que l’offrande pour abattre le fer ?
Peut être es-ce pour fuir cette flagrante vérité que je pousse la poésie pour m’octroyer les faveurs des femmes, m’enivrant ainsi de leurs essence pour comprendre le sens de mon existence ?

Que mes lèvres sont chaudes lorsque je parle aux femmes…
Il ne peut en être autrement, car je trouve en elles ce pourquoi je suis !
Oh ! Qu’elle douce chanson que de les entendre gémir lorsque l’étreinte est fragile.

Femmes…Femmes…Ne changez point !

(Ecrit une nouvelle page, plus tard dans la soirée…)

Comme c’est étrange !
Malgré de nombreuses batailles, je n’ai jamais vu quelqu’un d’aussi défoncé que ce pauvre Halfelin qui a tenté de tuer le fou de guerre Gleubur...

Bien que conscient qu’un halfelin ne soit pas particulièrement gâté par la nature, celui-ci était vraiment difforme !
Enfin, il faut dire qu’il y’avait tellement de sang que l’analyse était délicate…

J’ai encore du mal à me remettre du duel mais alors lui…
Il va lui falloir plusieurs mois ! Sans compter la rééducation du sourire.
Comme disait mon ami Mericho, il va lui falloir un spécialiste…
Je suis entièrement d’accord avec lui, surtout un expert en rafistolage de tronches !

En plus, Il semble que ce personnage soit un sacré voleur…
Des rubis, saphirs et j’en passe…Bref, Il est dans la merde !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baptiste De Claimp
Epoux de Jaï De Claimp
avatar

Nombre de messages : 122

MessageSujet: Re: L'ouvrage interdit d'un poète en l'arme...   Ven 17 Oct - 3:13

(Les yeux brillants à la lueur d’une bougie…)

C’est en armure que j’écris ces mots…
L’heure est grave à Luskan, la terreur semble s’être emparée de la ville.
Les conseillés ont étaient attaqués…
Quel est donc cette tactique qui consiste à éliminer le pouvoir ?
Cela ne présage rien de bon !

De nombreuses victimes s’amassent à l’hôpital de la ville.
Portant l’assistance à la femme d’un conseiller j’ai fait une halte dans ce lieu des pleures et des souffrances.
En compagnie de Mericho, J’ai pu contempler la détresse du fou de guerre et maître nain Glebur.
Celui-ci grièvement blessé après une escarmouche, a du se faire amputer une jambe car l’infection était présente !

Sa souffrance était dissimulée sous une vive colère à l’encontre des pauvres infirmières…
Mais malgré cela, il resta digne et m’aida à mettre mon armure.
Cela m’a touché…
Car j’ai vraiment pris conscience de la valeur de ce nain !

Mais…Hélas…Comme ci cela ne suffisait pas...Une mauvaise rencontre dans le couloir, un nain en cagoule !
Un coup de poing qui part…Et la frénésie du pauvre Glebur !
Tout est parti si vite !

Maintenant…Glebur lutte pour vivre.
Je suis inquiet pour lui…Il est en piteuse état.
J’espère qu’il va s’en sortir !

Pour ma part…J’ai l’impression d’avoir provoqué cela et je m’en veux.
Et même ce sang sur ma lame n’est pas suffisant pour apaisé mon esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baptiste De Claimp
Epoux de Jaï De Claimp
avatar

Nombre de messages : 122

MessageSujet: Re: L'ouvrage interdit d'un poète en l'arme...   Ven 17 Oct - 17:19

(Le teint pâle et les yeux rouge, il griffonne sont ouvrage d’une main tremblante…)

Je suis en ce moment coincé dans ma chambre…
Je viens d’être la victime d’un harcèlement.

Une femme aussi laide qu’un cul de sanglier !
J’ai du m’enfermer à doubles tours dans la chambre de l’auberge.

Cela me fait penser à cet ivrogne que j’avais rencontré à la garnison…
Il avait insulté une serveuse très moche.
Ces mots avaient été,

« Ohla ! Vilaine ! Enlevez donc votre robe que je vois votre carré d’forêt !
Cependant j’espère qu’il n’est pas aussi laid que votre trogne car sinon…
Vos enfants doivent être laids ! »


Oui ben la…Dans ce présent cas…Avec cette hystérique !
On a même pas envie de lui faire des enfants…
Mieux ! On ne l’imagine même pas !
Ce serait une hérésie que de vouloir lui en faire !

J’ai ouvert doucement ma porte et qu’es-ce que je vois ?
Un mouchoir avec des traces de morves sur lequel je peux lire à mon grand désarroi :

« Loulou je t’aime, t’trop beau ! »

Une larme coule à cette lecture…
Non pas parce que je suis heureux ou que j’ai le cœur sous le joue de l’émotion.
Mais tout simplement, que je suis entrain de vivre un cauchemar !
Comment lui expliquer qu’elle est horrible et qu’elle me donne la nausée ?

Tout ceci est préoccupant…J’espère qu’elle ne me couvrira point de honte !
C’est le genre de vilaine qu’on ne sauverait même pas du bûcher tellement ce serait lui rendre grâce !

(Il referme l’ouvrage encore retourné par cette fâcheuse rencontre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baptiste De Claimp
Epoux de Jaï De Claimp
avatar

Nombre de messages : 122

MessageSujet: Re: L'ouvrage interdit d'un poète en l'arme...   Sam 18 Oct - 20:06

(Baptiste Baille à s’en décrocher la mâchoire mais…Il écrit quand même une nouvelle page...)

Cette soirée fut fructueuse pour moi…
L’on m’a proposé un travail que j’ai accepté !
Je suis maintenant une recrue à l’essai, de la Fraternité de Padhiver.

C’est étrange de renouer avec des liens brisés après autant d’années…
Mais quelque part j’ai le sentiment d’être enfin pardonné.
En effet, la Fraternité est dirigée par la Commandante Jaï, un sacré bout de femme !
Charmante, malicieuse et très mûre pour son âge, elle est issus d’une illustre famille…

Elle m’explique que La Fraternité est la troupe d’élite de Padhiver, et en cela je suis flatté et honoré de pouvoir y mettre un pied…
Car l’accessibilité à une telle troupe est restreinte !
Je vois dans cette affectation un bon moyen de gagner ma vie et ceux avec honneur….
Et puis en même temps, c’est pas mal pour séduire les dames !
Il me tarde de rencontrer les autres membres…

Pour ce qui est de cette sombre histoire d’agression contre le conseil, il faut garder à l’esprit qu’il y aura surement d’autres attaques à l’avenir.

C’est pourquoi à la lueur de cette bougie qui éclaire mes sens, je me prépare à concevoir qu’un lendemain peut être un tout autre jour…
Mais en ce jour je suis porté par la poésie présente, qui pousse mon ardeur à prendre l’épée pour défendre la cause des opprimés et du droit à la vie.

Et s’il le faut ! J’irais crotter mes sabots pour les pourfendre avec hargne et leur coupé l’asticot !

Tremblez vauriens ! Cancrelats et fieffés hérétiques !

J’irais refaire votre putride barbichette avec la lame de mon arme tout en y rajoutant de l’âme…

J’irais vous botter le cul avec la pointe de mes souliers afin que le solide se transforme en ruisseau lorsque vous serrerez les dents pour aller déféquer !

Parfaitement ! Vous chierez d’la purée et j’vous pisserez à la raie !

Non écartez vous mesdames ! Laissez donc votre étalon !
Car bien que jouissant de nobles attributs, je ne suis guère que cela…

Qu’il vous en tienne mesdames, je suis un homme avant tout.

*essui une larme puis renifle* Fichtre ! C’est beau ce que j’dis. *snif*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baptiste De Claimp
Epoux de Jaï De Claimp
avatar

Nombre de messages : 122

MessageSujet: Re: L'ouvrage interdit d'un poète en l'arme...   Dim 19 Oct - 20:30

(Baptiste se réveille en pleine nuit… Il prend sa plume et gratte l’ouvrage pour écrire ses quelques pages…)

Que pouvons-nous savoir de ce qui est de l’amour si l’on ne peux connaitre sa véritable nature ?
Ne nous lobons pas à quérir moult questions si la clé n’est pas à la porte…
Mais nous ne pouvons qu’ajour celle-ci, si notre âme trouve la preux réponse du cœur.
Et ce ne serais que sotie, que d’en prétendre le contraire !

Jouvence d’amour, richesse éternel…
Magnifique trésor à nuitée de fièvre.
Je suis le damelot d’une grâce féline, qui trouve en sa personne une réponse exquise.

Adosser à la courtine les cheveux au vent, le visage en lumière au milieu des roses…
Une peinture romantique dans un décor féérique, poussant le vice d’esprit à convoier
en la couche cette douce demoiselle sans une once de remords.

Je ne suis qu’un couard face à tant de beauté que mon cœur arder ne saurait épouser…

Mais je ne peux trahir la notion de l’amour et laisser s’échapper cette douce dulcinée.
Car sinon, autant être gredin à ripailler tous seul le restant d’une vie !

A cette idée je m’en défends et c’est pourquoi je saigne, à remuer ciel et terre pour
offrir à mon être la faveur d’un sourire.

Chevalier sur les champs et poète sur les femmes, je me dois de combler ceux qui sont dans l’espoir…

Mais le jour ou les larmes du poète perlent, c’est bien l’arme du chevalier qui se meurt en quête.

Si belle et pure dans ce jardin magique, qui confère en mon âme ce si noble désir…
Je me dois de parfaire à courber les échines de façon à me faire l’escuyer des plaisirs.

Fol dingo je le suis, de cette perle rare il va s’en dire !
À vouloir m’octroyer la faveur d’un baiser, pour offrir à mes songes l’espoir d’un lendemain.

Je m’observe dans ce rêve à cheval dans le près, partageant avec fillot cette terre fertile.
Mais je suis ce regard qui fixe cette flamme qui commence à mourir par cette cire qui coule…
Faisant taire la bougie dans une fumée d’espoir apportant à ma joue la saveur d’une larme…

Je me meurs en silence dans les draps de mon âme en attendant le signe d’un retour à la grâce.

(Il referme l’ouvrage et se remet au lit, puis s’endort aussitôt en ronflant comme un porc…)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baptiste De Claimp
Epoux de Jaï De Claimp
avatar

Nombre de messages : 122

MessageSujet: Re: L'ouvrage interdit d'un poète en l'arme...   Lun 20 Oct - 19:29

(Ecrit une page assis dans sa couche...)

J’ai passé une journée et soirée fort agréable !
Je crois même que je ne l’oublierais jamais tant la beauté de celle-ci à frappé mon cœur…

En effet, malgré la mortaille rencontré sur notre route et le vilain que j’ai prestement tranché de ma lame durant
notre progression dans la forêt, j’ai eu l’immense honneur et privilège de suivre la Commandante jusqu’à la Cité
des Elfes et de contempler ainsi l’éclat de ce Royaume…

C’est comme un joyau que l’on grave à l’esprit et qui ne peut s’éteindre qu’à notre dernier soupir !
J’étais sous le charme d’un tel lieu ou la paix et l’harmonie me semblait en être l’essentiel.

Des cascades magnifiques bordées de fleurs et de plantes…
Des arbres luxuriant et fructueux…
Des bâtisses d’une structure solide ornés de moulures et sculptures s’élevant jusqu’au ciel !
Une terre fertile et entretenu, agréable à fouler de la plante des souliers.

Un lieu de respect ou seul les chants d’oiseaux semblent en rompre le silence…

La Commandante et moi-même avons eu du mal à quitter une telle terre !
Je suis honoré d’avoir eu la chance de connaitre cela et j’espère qu’il me sera possible d’y retourner un jour.

Mais il ne faut pas se leurrer…
C’est très rare que des humains foulent l’harmonie de ce Royaume Elfique, et prétendre l’avoir fait c’est déjà
énorme dans la vie d’un homme !

A notre départ des lieux nous fîmes route vers Padhiver…
Et inutile de dire que j’étais porté par la nostalgie de revoir cette terre.
Depuis la guerre civile il y avait eu du changement…
Tant sur la construction même du Royaume que sur son organisation.

Néanmoins Padhiver a conservé son charme et sa beauté…
La Commandante Jaï me fit visiter les lieux, passant en revue les différentes institutions…

La nuit était tombée depuis fort longtemps et le vent soufflait sur nos épaules fatiguées.

C’est pourquoi nous trouvâmes le gite et le couvert en la Citadelle, entre les bons soins
de moumoune la servante.

Une souplette et des croûtons de pain n’étaient pas de refus…
Nous prîmes donc le soin de mangailler avant de rejoindre nos couches respectives.

Et c’est dans les draps que la gente dame du conseil apparut à mes songes…
Une main douce, fine et longue, le contact d’une chaleur pour un cœur en dérive…
Elle retire celle-ci et mon cœur se déchire…
Le silence était long mais ce son fut si beau…
Et lorsqu’elle en rompait le sens, tout semblait être d’importance…
Plus rien autour d’elle n’avait d’emprise à mon regard qui buvait à chacun de ces mots.
Ces lèvres délicates auraient suffit à elle seules à faire pâlir la plus radieuse des roses…
J’épousaille en secret ce désir profond de pouvoir ajour son cœur, afin qu’elle puisse
m’octroyer un beau jour la faveur d’un baiser et la joie d’une géniture.

Je vais donc de se pas, rejoindre ce doux rêve pour m’enfuir avec hâte vers ce jardin de miel.

(Dépose la plume puis relâche l’ouvrage et se laisse emporter par les roses rivages…)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baptiste De Claimp
Epoux de Jaï De Claimp
avatar

Nombre de messages : 122

MessageSujet: Re: L'ouvrage interdit d'un poète en l'arme...   Mar 21 Oct - 19:39

(Baptiste dans un bureau de la citadelle, agite sa plume pour écrire une page...)

Le vent souffle sur la côte des épées…
Les regards sont froids, les postures sont droites.

Les cors retentissent et les esprits se figent.
Les témoignages affluent pour apporter l’hommage.

La Commandante Jaï dans l’armure d’apparat,
Rend l’hommage à l’élite qui n’est plus de ce monde…

Elle est resplendissante et sait trouver les mots.
car elle en puise la source tout au fond de son âme…

J’avais envie de la serrer dans mes bras et de lui dire
combien je l’admire et je suis fière de servir en sa section…

Je n’ai pas connu l’homme à qui l’on porte la gloire,
mais il y a bien une chose dont j’ai la connaissance…
C’est qu’il est un frère d’arme qui est mort dans l’honneur.

Le Yin engendre l’arbre qui aura la victoire…
Sur la guerre et la haine qui ne sont que gangrènes.

Mais la paix se fait rare, et son prix est très cher…
Emportant dans sa toile les héros au cimetière.

Je pose genou à terre tout en baissant la tête…
Car je dois m’acquitter du respect d’étiquette.

Il est temps de partir festoyer tous ensemble…
Mais une brève rencontre rapporte une nouvelle
des plus fade.
Rajoutant à ce jour un peut plus de misères.

Je n’ai guère confiance de fouler terres au nord…
Car les deux compères ont l’air d’être de sombres
coquins !

Il y a trop de mystères sur cette affaire amère…
Et conforter leurs plans serait allé au piège.

Mais je garde l’espoir, que la raison soit faite,
Pour retourner le glaive vers les porteurs de vers.

Un voile sombre s’amène, et tout n’est pas si clair…
Et l’élite part en guerre c’est tout en soit très clair…

Mais que dis-je en cela, ou est la vrai nature ?
Mes mots ont-ils un sens ?
Et si c’est de raison…

Alors je serais devin !

Mais peut importe ou est, cette fatidique réponse…
Il faut bien la quérir pour y lever tous doutes.

Une chose est très clair, c’est que je reste fidèle…
Armé et solidaire dans la fraternité.


(Baptiste revenant de Padhiver, écrit une nouvelle page…)

La chronique des blaireaux estriller…

J’ai ouï dire que les blaireaux étaient mignon…
Je ne sais pas qui a dit cela ?

Mais soit il fut en manque d’affection, ou soit il fut bourré !
Et dans tout les cas….
C’était un coquebert !

Fichtre ! Au trépas les boules de poils, pourfendons les
par fougue lame !
C’est un grand bien que de les tuer avant qu’ils ne
répandent la rage et la coulante à travers la forêt !

Fol dingo je suis ?
Certainement pas il va s’en dire !
Allons-nous laisser ces lacrimables créatures forniquer dans les bois ?

Ce n’est que de la chiabrena, de la merdaille des forêts !
Qui grignotent nos souliers sans voir nos bouts de pieds…

Bouter l’ennemis hors des forêts, afin qu’on puisse pisser en paix !

(Puis dans un soupir, il referme nerveusement l’ouvrage…)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baptiste De Claimp
Epoux de Jaï De Claimp
avatar

Nombre de messages : 122

MessageSujet: Re: L'ouvrage interdit d'un poète en l'arme...   Mer 22 Oct - 18:35

(Baptiste se réveil en sueur… pour écrire une page...)

Sombre contrée, emportant le sillon des feuilles mortes vers
L’horizon…

Les cheveux dans le vent au sommet d’une cascade, je contemple
au loin l’éclat d’un doux reflet…

J’ouvre mon regard d’aigle pour en comprendre le sens…

C’est à ce moment-là que le reflet s’opère, délivrant à mon être
Cette vision de sève.

Un J comme le jade, un a comme l’amour et le i d’irraisonné
Voici l’énigme de tout !

Je ne peux exprimer se sourire angélique qu’elle su me dévoiler
Dans ce rêve idyllique.

La grâce d’une femme qui n’attendait que moi, pour ouvrir ses bras
et m’offrir l’étreinte.

Un échange de regard pour s’offrir le verbe et joindre ainsi nos lèvres
dans une tempête de lames…

La violence se déchaîne et m’entraîne en arrière…

Un saut de l’éphémère pour en briser le rêve.

(Puis dans un soupir, il referme doucement l’ouvrage…)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baptiste De Claimp
Epoux de Jaï De Claimp
avatar

Nombre de messages : 122

MessageSujet: Re: L'ouvrage interdit d'un poète en l'arme...   Jeu 23 Oct - 19:01

(Baptiste les yeux cernés, trouve la force d’écrire une nouvelle page de son œuvre...)

La soirée fut riche en évènements et en émotions…
J’ai eu l’immense honneur de recevoir des mains de la Commandante Jaï
Une armure, un insigne et une cape de la Fraternité pour services rendu…

Ma position est ainsi officialisée au sein de cette noble famille.
Et c’est une grande joie pour moi !
C’est avec fierté que j’eus reçu l’approbation de celle en qui j’ai
moult estime et un profond respect.
Je serais me montrer digne d’un tel honneur…

Je porterais les armoiries de la Fraternité dans les bastailles
et Je mourrais, si tel est mon destin !
Mais c’est avec panache que je rendrais l’âme, pour déplaire aux coquins
qui m’auront mis au trépas.
Je leur montreraient ce qu’est la véritable valeur d’un homme…
À savoir tomber sur la terre sans hurler comme une truie !

Je suis l’exécutant qui fera trembler la boue pour asperger la trogne de tous
Ces fieffés bougres !
Ils recevront le juste courroux pour avoir ne serais-ce qu’osé défier ma famille !
J’écraserais de mes bottes leurs trognes d’ivrognes afin qu’ils y gardent la marque
d’un retour au respect...
Je n’ai pas peur de mourir, mais j’ai peur de faillir !

C’est pourquoi l’entrainement est intensif…
Et d’ailleurs Jaï veille à ce que je n’en loupe rien !
Je suis honoré de l’avoir comme marraine, car je vais apprendre énormément
auprès d’elle…

Mais il faut être réaliste…
Ce n’est qu’après l’entrainement que j’ai compris que nous étions formés
et voué à devenir des élites tous autant que nous sommes…

Et bien qu’honorable soit-il d’en faire partie, il faut un sacré mental pour pouvoir endosser
une pareille activité physique qui pousse le corps à se surpasser dans des conditions
extrêmement difficiles!
J’ai l’impression d’avoir régressé…
Mais en fait…
L’entrainement est tout simplement bien pire que dans nos songes !

C’est avec acharnement que nous avons guerroyé dans la crypte et dans la forêt…
Au trépas les zombies, Kobolds et autres cancrelats, maraudeurs des abîmes !
Mais durant l’entrainement, ils étaient supérieurs en nombre…
Ainsi plusieurs fois je fus sauver par la commandante Jaï et messire Jean De Neufcastel
qui nous a fait la grâce de nous rejoindre durant notre progression dans la forêt.

S’ensuit une bastaille acharnée dans une vaste grotte qui m’a conduit à être sérieusement
blessé…

De retour à Padhiver sentant le sang couler dans mon armure, bien trop vacillant pour tenir
debout, je fus soutenu par la Commandante Jaï jusqu’à un lit de l’hôpital pour y recevoir les
soins d’une infirmière.
J’en suis ressorti après quelques heures, dans mon armure d’apparat…
Je n’ai pas la grande forme, mais j’y mets la forme.
Je me dois de rester fort, car l’entrainement n’en est qu’à ces débuts…
Et j’ai déjà quelques bandages autour du torse et une entaille au ventre.

Je dois me remettre vite car à 5h00 du matin, Jaï m’informe
qu’elle va me faire endurer l’entrainement qu’elle a reçu de son père…
Je ne sais pas si celui-ci va être plus dur, mais si cela peut me permettre de devenir aussi
Fort qu’elle, alors j’ai hâte de commencer la session.

Il fallait la voir dans son armure, guerroyer l’arme au poing et pourfendre les gredins à la chaine…
Mes yeux sous le heaume étaient grands ouverts tellement je n’avais jamais vu
autant de rapidités et de techniques en seulement quelques enchainements.
C’est à ce moment que j’ai vraiment vu le niveau d’une Elite !
Et je peux dire ce soir…
Qu’il faudrait être suicidaire pour vouloir affronter la Commandante jaï !

Je me suis surpris à la trouver belle, autant au repos qu’au combat…
Mais que suis-je entrains d’écrire ?
Es-ce que ma plume me joue un tour, ou obéit-elle à l’enfouissement d’un désir ?

Je ne sais ce que mon cœur à de raison, mais une chose est sur…
C’est que la raison m’interdit d’en nourrir l’existence.
Et je conforte cette raison, afin qu’elle vogue vers cet horizon.

Mais entre le cœur et la raison ?
Qui y’a-t-il donc ?
Et à cette question, Je n’ai aucune réponse.

( Puis l’envie d’écrire un poème lui vient en tête…)

Je suis à l’ombre de ton cœur, et le gardien de tes nuitées…
Un héro de ta couche ou tu jouis au secret…

Tendrement tu frémis dans mes bras t’imagine…
Un baiser romantique qui devient frénétique.

Une raison qui s’enfuit pour faire naitre la passion.
L’obsession d’une caresse à ces lèvres si tiède…

Tu ne peux contenir la fougue de l’étreinte.
Car ton cœur s’interdit d’en abroger la toile.

Tu tisses en ton âme cette note légère,
Qui s’échappe des lèvres pour t’offrir le miel.

(Puis il referme l’ouvrage et se glisse dans sa couche…)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baptiste De Claimp
Epoux de Jaï De Claimp
avatar

Nombre de messages : 122

MessageSujet: Re: L'ouvrage interdit d'un poète en l'arme...   Ven 24 Oct - 15:37

(Baptiste la main tremblante, écrit une nouvelle page...)

Ne pouvant dormir je me suis levé tôt ce matin…
Je suis allé à la grande place de Padhiver où je
me suis assis sur un banc pour y observer le ciel.

Mon cœur s’élève vers les étoiles,
je suis bercé par un doux rêve…

Des sabots au paver viennent à m’en déloger !
Un magnifique destrier monté par un elfe à
l’allure noble.
Je fus sa connaissance, celui-ci n’était autre
que Dardan Ju’endel, un maître d’arme qui
possède le meilleur tableau de chasse
de la côte des épées…

Nous discutâmes puis il me proposa un duel
amical dans l’arène de Padhiver.
J’ai donc relevé le défis avec grande joie,
je fus honoré de me mesurer à un maitre d’arme.

Certes…

La leçon fut rapide et j’ai découvert que l’on pouvait
manger la terre avec une extrême rapidité !

Mais l’expérience était profitable.
Après un échange cordial, le maitre repartit fièrement
sur son cheval…

Quelques heures après, mon entrainement avec
la Commandante Jaï commença !
L’entraînement fut colossale…
Je n’aurais jamais imaginé devoir en baver autant !

Après les explications techniques et les duels à l’épée
d’entrainement contre elle et la gente dame Yleenia…
J’eus l’ordre de faire le tour du Royaume de Padhiver
et ceux en courant !
Inutile de dire que j’ai eu l’impression de mourir…
Ma panse trop chargé à vider son sac et j’ai vomi mes tripes !
Ma tunique pleine de vomi…J’avais honte de puire autant.
Me nettoyant dans la fontaine près de l’arène,
quelques morceaux flottent encore…
J’espère que personne ne viendra s’y désaltérer !
Qu’ils attendent au moins la prochaine pluie…

A peine m’être remis de cette course, j’ai dû à nouveau
courir pour suivre le destrier de la commandante à travers
les ruelles du Royaume et ceux jusqu’à l’extérieur des terres.

Après…Vient à la théorie où j’observais les enchainements
techniques qu’elle s’exécuté à faire dans cette vaste grotte.
L’harmonie était dans sa lame et elle fendait l’air avec un
naturel et une conviction effrayante…

De retour à Padhiver et ceux au pas de course, j’ai eu le droit
à une ultime séance technique du maniement de la lame et du
placement de la garde.
Elle me fit remarquer que les réflexes naissent par la dureté
et l’application à l’entrainement.

Pour conclure nous avons fait bonne pitance à l’auberge
de chez Garfaux.
Et même si j’ai brièvement ronflé sur la table, le repas
était vraiment bon !
Yleenia était avec nous et l’officier instructeur de la
Fraternité messire Ventpourpre nous y a rejoint un
peu plus tard dans la soirée…
Yleenia est charmante, je suis étonné de voir qu’elle soit seule !

Quant à Jaï, elle est toujours aussi attirante…
Je m’y refuse…
Mais la lutte est vaine et à mon grand damne j’en ai conscience.
Cet amour est interdit !

Alors, je m’accroche à la servitude avec dévouement et amour…

Qu’il me serait tendre de mourir en ses bras…
Je garderais ainsi l’esquisse d’une vie accomplie.

(Il lâche sa plume et pose la tête sur l’ouvrage...
Puis il s'envole vers un doux rêve érotique…)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baptiste De Claimp
Epoux de Jaï De Claimp
avatar

Nombre de messages : 122

MessageSujet: Re: L'ouvrage interdit d'un poète en l'arme...   Sam 25 Oct - 17:14

(Baptiste semble songeur, puis il trempe la plume dans l’encrier et se met à écrire…)

Hier, ce fut une défaite avec un gout de victoire…
La victoire pour nos vies préservées et l’échec pour s’être fourvoyé dans l’erreur.

Je suis affligé de voir que j’avais raison concernant ses fieffés coquins de mages !
Ils mériteraient de recevoir le courroux pour s’être moqué de la Fraternité et des autres factions alliés…
Ils nous croient peut-être encore derrière la cage de fer !
Mais les bougres ne savent pas que nous en sommes sorties…

Tout à commencé par la délivrance d’un message au palais de Padhiver à l’attention du Sire.
Une missive d’unification exprimé par la Commandante Jaï, pour demander l’approbation de celui-ci afin d’encourager l’invasion du bosquet sombre.
C’est avec l’accord que j’ai rebroussé chemin pour aller quérir Jaï de Neufcastel en la Citadelle.
La joie fut perceptible à l’idée d’agir et de mettre au trépas le fléau qui gangrène la vie, c’est-à-dire contre ces maudits Malarites !

La Fraternité comme les alliés se sont préparée à la bastaille regroupant équipements, vivres et outillages logistiques…

Yasmak se hâtait d’enfiler son armure, de porter le bouclier et la hache…
Pour ma part j’ai accroché mon fourreau au dos de l’harnois portant l’emblème de la Fraternité, tout en prenant le soin d’endosser le heaume et le bouclier…

Après un recueillement au mémorial des soldats morts, j’étais fin prêt à aller guerroyer !
C’est avec honneur et émotion que nous partagions cet instant de salutations avant de ce mettre en marche pour écraser l’ennemis…
Moi, Jaï, Yasmak, Kojiro, Yleenia et Rikua un postulant ayant laissé son dossier d’inscription quelques heures auparavant et qui s’est porté volontaire pour partir au front, nous sommes allés retrouver nos alliés au point de rendez-vous.

Le moment fatidique arriva et après quelques échanges cordiaux, Les mages sont arrivés pour téléporter les troupes vers les terres gelées de Lorgol.

Ce n’est que plus tard à notre progression dans la forêt qu’une bastaille fit rage...
Le sang giclé autour de nous à mesure que les coups furent portés…
Les membres et les têtes se coupèrent aisément sous l’impact des lames.
La mêlée fut violente et il n’était pas facile de discerner les ennemis des alliés…
Mais après une ardente lutte à pourfendre les ennemis, nous sommes parvenues à résister et à survivre à ce combat.
La sueur et le sang était à nos armures et l’honneur et la gloire furent en nos cœurs et nos lames.
Nous avons donc traversé la forêt en nous protégeant magiquement contre un mal grandissant…
Nous étions dans ce cercle, afin que le visible s’exerce à l’invisible.

Puis, une téléportation et nous voici pris au piège…
Nous étions fait comme des rats et l’aristocrate maitre des lieux s’enjoua d’une telle situation !
J’avais bien envie de lui faire avaler ses dents…
Ce bougre avait une trogne de vilain !
D’ailleurs Yasmak ne s’en serait pas privée non plus…
Mais la raison à choisi la rançon plutôt que la voie du sang.
Quoiqu’il en soit même libre et en vie, l’amertume nous gagnes…

Les mages ce sont joués de nous et ils ont gagné cette manche !
Mais je nourris l’espoir et fait ce vœu qu’un jour ils le regretteront !
Et malgré tout ce que l’on peut entendre…
Je n’ai que faire des chamailleries de pouvoir !
Car c’est un moment ou justement nous devons tous êtres solidaires et non divisé…
Et qu’avec des « Si.. » l’on referait surement l’histoire !
Mais ne pouvant changer le coure des évènements, il nous faut maintenant penser à demain.

Yasmak et moi portèrent le témoignage à cette Commandante en qui nous avons foi…
Car au risque de décevoir les critiques, la Fraternité dans cette épreuve s’en ressort plus forte et plus soudée qu’avant !

Et plus tard…

Nous sommes arrivés à l’auberge de Luskan pour y faire une halte et s’y restaurer.
Forçant un peu sur la boisson alcoolisé nous dûmes regagner la couche avec un peut plus de hâte qu’à la normale…
Disons que pour quelqu’un qui n’est pas habitué à boire, j’avoue que les deux verres d’eau de vie m’ont fait comprendre que je n’étais pas l’un de ces héros de comptoir !

Ce n’est qu’au petit jour réveillé difficilement par des coups frappant lourdement contre la porte de chambre que mes yeux s’ouvrirent et comprirent que j’avais était la veille dans l’excès…
Non seulement j’avais la tête en marmelade, les yeux gonflé et irrité, mais en plus j’avais l’haleine d’un ours en hibernation.
Me frottant le visage, j’ai compris que j’avais dormi sur un tapis et non dans le lit…
Une bassine était un peut plus loin avec un linge sale, et dans l’eau flotté du vomi…
Bref, appétissant au lendemain d’une cuite !

Quoiqu’il en soit je ne referais pas la même erreur…
Pour savoir ou sont les limites, il faut les connaitre !

J’ai donc repris le bouclier, l’arme et le heaume pour escorter avec le reste de la troupe la Commandante Jaï de Neufcastel jusqu’à Padhiver.
Et en fin de matinée, je me suis remis à l’entrainement sous sa tutelle pour parfaire mes techniques de combat…

(*Puis renifle*Bon bah j’vais faire une sieste moi !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baptiste De Claimp
Epoux de Jaï De Claimp
avatar

Nombre de messages : 122

MessageSujet: Re: L'ouvrage interdit d'un poète en l'arme...   Dim 26 Oct - 20:16

(Baptiste se réveil en pleine nuit, et décide d’écrire cette comédie imaginaire à la lueur d’une bougie…)

L’Anne des ânes qui emporte mon âme…

Je suis un homme à l’arme qui sait verser une larme,
bien que maniant la lame je ne suis pas sans âme…

Anne donc me traite d’âne ?
Je vous en prie chère dame !
Les armées ne sont pas bêtes, car l’arme n’est pas une rame !

Vous êtes comme ces gazelles qui attirent le zèle.
Je vous prie ma chère Anne, cessez donc de faire l’âne !

Car voyez-vous chère Anne, je vais en avoir marre…
Et vous aller rejoindre prestement cette grande mare !

Je vous demande une grâce, taisez-vous donc belle dame...
Vous recevrez ainsi un doux baiser de l’âme.

_______________________________________________

(Extrait du journal intime…)

Une bien triste tragédie touche les bas quartiers de Padhiver…
La famille d’un marchand assassiné froidement, par une chose qui semble
émerger de l’abîmes !

L’homme, la femme et l’enfant ont été retrouvés mort d’un trou de la taille d’un pouce dans le crâne…
Il semble qu’il ne reste plus rien de l’intérieur des têtes…
Tout a été aspiré si l’on constate les éclaboussures et les morceaux collés sur les murs de la bâtisse.

Un spectacle horrible comme me l’a raconté le maître nain Glebur.
D’ailleurs plusieurs gardes présents sur la scène du crime ont rendu leur repas sur leurs bottes.

Après analyse, il semble que la chose soit de petite taille et qu’elle soit composée d’une matière visqueuse...

Il faut rester vigilant, car un mal touche Padhiver !
Une chose abominable semble arpenter les ruelles de la ville à la recherche d’autres victimes.

Je ne sais pas comment ce terminera cette affaire, mais une chose est sur…
C’est qu’un problème engendre toujours un autre !
Car en plus des malarites, la Fraternité se retrouve confrontée à un suceur de trogne à l’appétit d’un ogre !

Fichtre !

Ma missive est envoyée à la Commandante Jaï de Neufcastel…
Et j’attends maintenant les ordres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baptiste De Claimp
Epoux de Jaï De Claimp
avatar

Nombre de messages : 122

MessageSujet: Re: L'ouvrage interdit d'un poète en l'arme...   Lun 27 Oct - 20:14

(Fait crisser la plume sur l’ouvrage pour raconter l’épopée d’une bataille…)

Ce fut une journée à senteur de sang…
Dès le petit jour, l’entrainement fut rude !

Ce n’est qu’en fin de matinée que j’ai escorté la Commandante jusqu’aux terres du Nord de Padhiver à la rencontre d’un messager pour le moins mystérieux.
Un soldat Padhiverien a rejoins l’escorte pour prêter mains fortes…

Arpentant les routes, nous sommes tombés face à cinq gueux en arme !
Alors, c’est avec fougue que l’escorte mania l’épée pour mettre au trépas ces vilains des routes !
Ces bougres n’avaient pas la tenue de l’arme d’un combattant d’élite…
Et ils l’apprirent à leurs dépends, lorsqu’ils virent leurs entrailles se répandent sur le sol.

Plus tard, la rencontre se fit à l’ombre d’un arbre ou était attaché un somptueux destrier…
Cheveux d’or à énigme de traitrise ?
Cet homme est-il vraiment un traitre?

Une missive arrive dans l’entrefaite…
Ce rendre à Luskan pour y retrouver les alliés afin de préparer une bastaille.

Prenant le chemin du retour, nous fîmes donc route vers Luskan.
____________________________________________________________

La Bataille de Translycance…


Arrivant à Luskan, nous avons rejoins les Elfes, les Tempusiens et les nains…
Tempus était représenté par le conseiller Kilian Kendt et le soldat Revan et Valéria.
La faction naine par Hildreth Grandmarteau.
Quand aux Elfes, ils furent représentés par Sire Elorfin Sennode’lyn, Léa et Lindel Annun.
Quand à la Fraternité, elle fut représentée par Jean et la Commandante Jaï de Neufcastel, dont Yasmak et moi, en tant que soldats d’élite.
Il y avait d’autres compagnons qui s’étaient joins aux troupes, comme un dénommé Gorobel et bien d’autres comme quelques mercenaires itinérants…

Toutes les factions se hâtèrent aux préparatifs.
Une distribution d’armes à lieu…
Le but de la bataille est d’endiguer la menace lycanthrope et malarite de Translycance.
La tactique est donnée, séparation des forces en deux groupes…
L’armée lourde, qui englobe les tempusiens, les nains, la Fraternité et les mercenaires.
Et de l’autre l’armée légère, qui englobe la communauté Elfique et d’autres archers…
Une guerre en deux temps…
Un premier assaut de l’armée légère dirigé sur le nord de Translycance, et le deuxième de front mené par les forces lourdes.

L’armée se sépare donc, et nous voila à l’extérieur de Luskan pour faire route vers le point de rassemblement de la bataille.
La formation fut donnée et nous étions organisés deux par deux et en colonne, de sorte à ne pas être submergé par l’ennemi sur les flancs à mesure de notre progression.
En queue de file Hildreth et la Commandante Jaï.
S’ensuit alors, moi et Jean de Neufcastel puis Yasmak, Valéria et Revan, Gorobel.

L’attente fut longue et la pluie perla sur nos armures, trempant ainsi la terre rendant l’assaut plus difficile…
Nous étions à l’affut du signal elfique…
Une flèche doit siffler le ciel et offrir à nos oreilles le point de départ pour l’hérésie de nos sens…

Quelques heures plus tard, le premier assaut semble s’essouffler et la flèche sifflante traverse le ciel.
Le signal et donné et la charge peut commencer !
La troupe foule la terre accidentée de Translycance, le périple et long et épuisant…
Car dans la boue et la pluie avec des armures pesant prêt de 50 kilos chacune, la progression est longue et périlleuse.
En chemin malgré quelques confrontations sanglantes avec des lycanthropes isolés, nous prenions le soin d’éviter de les tuer car au fond de nous même nous savions qu’ils avaient une part d’humanité en eux…
D’ailleurs, l’un d’eux avait reprit sa forme humaine et apparaissait à nos yeux en tant que vieille femme frêle.
Nous avions pitié d’elle, mais hélas une meute arrivèrent derrière elle et en furent leur repas.
Nous avons donc combattu avec hargne, faisant voler le sang et les poils…
Et nous reprîmes notre progression pour rejoindre le point de rendez-vous.

En escaladant le rocher pour mettre le pas sur la crête, j’étais épuisé mais néanmoins j’avais réussi.
Nous étions tous réuni et prêt à faire route vers une grotte qui semblait être le refuge des Lycanthropes…

Nous avons donc guerroyé à mesure que nous approchions de la grotte…
Bien qu’à bout de souffle les armes s’activèrent à abattre les ennemis.
Ce n’est qu’à notre entrée dans la grotte que nous vîmes l’étendu du carnage !
Des enfants…Partout…estropiés…
Des expressions d’horreur sur les visages…Je ne pourrais oublier cela !
Les elfes avaient fait un véritable carnage…
Pour la cause disent-ils...
C’est vrai que la menace n’existe plus !
Mais son prix a coûté cher.

J’étais ému de voir Jean de Neufcastel parler à cette malheureuse enfant qui semblait être la seule rescapé…
J’ai pu voir en Jean, un homme au grand cœur possédant la noblesse dans l’âme.
Je comprends que Jaï se soit éprise d’une telle bravoure, cependant je ne désespère pas de faire mes preuves pour lui montrer que moi aussi je sais être brave...
L’assaut était terminé, et les cadavres étaient à nos pieds dans l’odeur du métal et du sang.

Alors que l’aube commençait à se poindre à l’horizon, je revins vers Luskan pour trouver le gite et le couvert…
Mais une dernière mission s’offrait à moi en compagnie de la Commandante.
Escorter le Conseiller Armand Mender jusqu’à la grotte de Translycance pour des pourparlers avec les elfes.

Le conseiller semble être un homme fort d’expériences…
D’autres part, ce doit être un grand combattant car il se targue d’être un maître d’arme.
C’est quelqu’un que j’apprécie et que je respecte, même si parfois son humour semble assez étrange…

Ce n’est donc qu’au petit jour, que j’ai rejoins Luskan pour y faire une halte afin d’y trouver nourritures et repos.

Ce n'est qu'une fois dans la couche, que j’ai mesuré la joie d’être en vie…
Puis j’ai eu une pensée pour cette pauvre petite fille choquée qui se trouve être à l’hôpital de Luskan et qui devra vivre avec de terribles visions…

De chaos et de morts.


Dernière édition par Baptiste De Claimp le Mer 29 Oct - 21:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baptiste De Claimp
Epoux de Jaï De Claimp
avatar

Nombre de messages : 122

MessageSujet: Re: L'ouvrage interdit d'un poète en l'arme...   Mar 28 Oct - 19:08

(Baptiste se réveil en sueur, et ouvre fébrilement l’ouvrage pour écrire ces mots…)

Vous êtes telle une fleur qui s’épanouit au grès du vent…
Je suis ce poète qui contemple la sève et qui pleure sur vos grâces.

Je me nourris de ce secret, afin d’y trouver une réponse sucrée…
Je suis ce gourmand qui me languit de vous…
Attendant de vos charmes l’offrande d’un baiser ou la faveur d’une étreinte.

Bien que le jour soit feu, mon cœur en nuit s’y consume…
Car c’est en l’obscurité que mes songes s’envolent pour y rejoindre ses doux rêves.

Suis-je la proie d’une hérésie de l’âme ?

La souffrance gangrène mon cœur et mes yeux s’imprègnent de larmes…
Cet amour est Interdit, mais le rêve m’habite et j’en caresse les dessins.

Je suis votre soldat de palais et le gardien de votre âme…
Je prendrais pointe lance à ce cœur pour épargner votre vie…

Car je suis la main et vous la voix qui offre à mon esprit le chemin d’une voie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baptiste De Claimp
Epoux de Jaï De Claimp
avatar

Nombre de messages : 122

MessageSujet: Re: L'ouvrage interdit d'un poète en l'arme...   Mer 29 Oct - 18:19

(Extrait de la chronique « entrainement drastique »)

La nuit dernière fut éprouvante…
J’ai subi un entrainement très difficile…

Tout commença par l’apprentissage des techniques ou j’ai du fendre le vent avec ma lame pour guerroyer contre des ennemis imaginaires.

Pendant plus d’une heure, je devais enchainer les différentes techniques sous l’œil de la Commandante Jaï...

Une fois terminé, J’ai du courir faire le tour du Royaume de Padhiver et ceux avec l’armure, le heaume et le bouclier…

Mon corps était en souffrance, mais c’était supportable...

Enfin, jusqu’aux pieds de ses marches qui n’en finissaient plus de monter.
J’ai du les monter et les descendre et ceux à plusieurs reprises !

Inutile de dire que je suis accablé par la fatigue…
Es-ce que l’entraînement fut difficile à cause de cette fameuse discussion ?

Je ne le sais…

Quoiqu’il en soit, je vais regagner ma couche car la fatigue emporte mes yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baptiste De Claimp
Epoux de Jaï De Claimp
avatar

Nombre de messages : 122

MessageSujet: Re: L'ouvrage interdit d'un poète en l'arme...   Jeu 30 Oct - 17:13

(Écrit d’une main tremblante ces quelques mots…)

Alors que la soirée commençait mal, une dispute avec Yleenia…
Qui eu pour résultat l’apparition d’un sceau d’eau froide sur ma tête !

J’ai fait une agréable rencontre qui foudroya mon cœur !

Naéra…

Une très belle femme brune de très bonne éducation, qui ne fut que de passage à Padhiver.

L’invitant à l’auberge pour mieux la connaitre, j’ai senti l’attirance en ces yeux et ses lèvres
qu’elle posa délicatement sur le rebord de la tasse, gravant ainsi la trace d’un doux baiser
sur cette belle porcelaine...

J’étais en cet instant jaloux, j’aurais voulu être cette tasse !

En parlant avec elle, j’appris qu’elle avait tout abandonné pour suivre l’élan de sa curiosité…
Et peux être aussi fuir cette flagrante tragédie qui se rattache à son histoire.
Au fil de la conversation, j’ai découvert une femme sensible et douce qui partage les mêmes
aspirations que moi.

Lorsque j’observe son regard j’ai l’impression que mon cœur se dérobe et cette douce fleur
devient ainsi ma muse poétique.

Elle repart sur le bateau menant son être à Luskan…
Mon cœur se brise de la voir s’envoler…
Mais elle fait la promesse de revenir bientôt me voir…

Reviendra-t-elle ?

En tout cas une chose est certaine…
C’est qu’en ce jour je crois au coup de foudre !

Douce Naéra, votre regard m’ensorcelle…

Il n’y a de joyaux plus étincelant que les vôtres.
Votre peau est douce est parfumée, et mes lèvres s’y plaisent à embrasser.
Vos formes généreuses donnent la leçon aux sirènes, et nourrissent en moi les désirs les plus fous.
Je caresse en moi l’idée de pouvoir un jour m’octroyer votre cœur et vos grâces…

Afin que je puisse en toute hâte, déposer un baiser sur vos lèvres si délicates.

(Baptiste observe la tasse en porcelaine qu'il a ramené de l'auberge...
Il part dans ses rêves, tout en observant la trace de rouge à lèvre.
Puis, il referme l'ouvrage et donne des baisers sur la tasse au même emplacement que les traces...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baptiste De Claimp
Epoux de Jaï De Claimp
avatar

Nombre de messages : 122

MessageSujet: Re: L'ouvrage interdit d'un poète en l'arme...   Ven 31 Oct - 15:20

(Ecrit une nouvelle page d’une main légère et assurée…)

Quel jour de grâce que celui-ci !
La Commandante Jaï de Neufcastel m’a fait la grande grâce de
m’octroyer le titre de Sergent de la Fraternité.
Je suis honoré et j’ai conscience des responsabilités qui m’incombe.

Elle m’a vêtu d’éloges devant cette douce Naéra
à qui j’étais entrains de conter fleurette…
Que grand bien face sur la Commandante !

Quand à Naéra, elle a répondu favorablement à mon invitation…
J’ai eu la joie de la revoir à Luskan, et je dois dire qu’elle
est encore plus désirable et belle qu’à notre dernière rencontre à
Padhiver.

Je me languis de la revoir…
Elle semble détenir la clé de mon bonheur.
Oui, j’ai l’impression de sentir encore l’essence même de son parfum…

Comme il est bon de ressentir cette noble sensation !
Je sens en moi palpiter les vertus de l’amour.

Suis-je entrains de tomber fou ?

Elle hante mes nuits, et je rêve de son corps au plus profond de mon âme…
Oui…
Je la désire !

(Referme l’ouvrage et chantonne joyeusement tout en regagnant sa couche…)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baptiste De Claimp
Epoux de Jaï De Claimp
avatar

Nombre de messages : 122

MessageSujet: Re: L'ouvrage interdit d'un poète en l'arme...   Sam 1 Nov - 17:37

(Baptiste se réveil en sueur, et il écrit une nouvelle page…)

L’homme sur l’île observe la mer…
Le large est l’ami de son regard mais l’ennemi de son cœur.
Le vent balaye ces cheveux et apporte de ce ciel l’offrande d’une pluie…
Rien n’est plus érudit qu’un homme face au large dont le regard se perd.
Il observe le tout à partir d’un rien…

Il est un point qui recherche le phare, afin de pouvoir trouver un espoir.
La pluie masque l’arrivé des larmes, car il ne peut se mouiller d’avantage…
Dans son esprit il aime à se sentir à la chavire d’un rêve qui semble
se mouvoir à l’écume des vagues.
Tortueuse croisade menant en disgrâce vers de sombres rivages…

Deviendra-t-il comme ces algues qui se meurent en surface ?
Ou sera-t-il le conquérant du demain, qui trouvera en son centre l’effigie d’un destin ?
Maître de son soi composant d’une toile déroulant son ouvrage pour y mettre le doigt.
Grâce dénonciation d’une ligne ou d’un mot, qui peut changer à cet homme
le périple de sa vie.
Mais périple n’est pas périr !
Car pour périr il faut être né…
Et donc par conséquent, l’échec n’a pas de place.

Il n’est question que d’existences et de choix…
Il n’est question que de raisons, qui tantôt se mêlent ou se perdent…
L’homme est sa forge et l’épée est son œuvre…

Car c’est en son œuvre qu’on retiendra cet homme !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baptiste De Claimp
Epoux de Jaï De Claimp
avatar

Nombre de messages : 122

MessageSujet: Re: L'ouvrage interdit d'un poète en l'arme...   Lun 3 Nov - 19:22

(Griffonne de sa plume sur l'ouvrage...)

A la lueur d’une bougie qui vacille au candélabre, je couche ses mots pour apaisera ma hargne…

Je suis une victime qui est condamné, à souffrir d’un amour qu’il me faut embrasser…

Car sinon autant prendre cette lame glacée, et plonger à mon cœur cette pointe aiguisée !

Je suis un martyr sur l’autel des désires, qui offre à mon âme ses esquisses fragiles.

Fébrile je contemple cette beauté de légende, tout en songeant en ma couche à ses moult délices …

Vent du nord apporte la brise, emporte mon cœur vers des lieux interdits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baptiste De Claimp
Epoux de Jaï De Claimp
avatar

Nombre de messages : 122

MessageSujet: Re: L'ouvrage interdit d'un poète en l'arme...   Mar 4 Nov - 12:25

(Agite sa plume tout en faisant danser la flamme d’une bougie…)

L’honneur m’assaille et je ne peux qu’embrasser cela…
Mais avant tout, je suis un fidèle serviteur qui se doit d’honorer sa famille.
Ces larmes coulent le long de ses joues et mon cœur s’enquiert d’un sombre dessin…

Je me dois de l’épauler dans cette quête délicate !
Une tâche noble que de partir à la recherche de sa moitié que ces vauriens lui ont volée.
Je suis à ce voyage, l’étoile qui veillera sur elle au risque de rendre au trépas ma hargne et ma servitude.
Je ne laisserais personne s’en prendre à elle !
Je serais ce fourreau silencieux qui n’attendra qu’un ordre pour tirer le fer !
Guerroyer n’est pas ma peine, car il serait charitable de faire couler le sang de ces vilains !
Mais si la moitié peut-être restituée par intelligence…
Alors il sera bon d’épargner à la terre de recevoir un tel sang.

Quand à ma douce Naéra...
Je me languis de la rejoindre après ce périple car c’est elle ma moitié !
À mesure de nos brèves rencontres, j’ai la conviction que cet amour ardent consume mon cœur
et me plonge en grâce dans un océan de rêves et de larmes.

Un bien doux sentiment que de le sentir partagé…
J’ai ouïe dire par ses lèvres si délicates que je suis pourvu de grâces.

J’ai tendu se bouquet à poing fermé, mais il était bien fade comparativement à sa beauté…
Je ne peux qu’écraser toutes offrandes qui soient…
Car aucune ne sauraient atteindre ses souliers…

Serviteur de famille et fougueux dans l’âme, j’irais m’octroyer la faveur de ses lèvres…
Je me ferais conquérant par l’amour tout en demandant humblement les faveurs de son cœur.
Je nourris le dessein d’un désir charnel, qui pousse l’étreinte à vouloir descendance...
Je garde en moi le secret d’une union qui n’attend qu’une faveur pour pouvoir briller.

Oh ! Douce Naéra...
Je vous aime…
Ah !

(Puis refermant l’ouvrage, il jette sa plume et part se coucher en chantonnant joyeusement…)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baptiste De Claimp
Epoux de Jaï De Claimp
avatar

Nombre de messages : 122

MessageSujet: Re: L'ouvrage interdit d'un poète en l'arme...   Mer 5 Nov - 18:34

(Écrits à la lueur d’une lampe à huile et aux tangages de la houle…)

Me voici sur ce navire en approche de Padhiver…
Par cette cabine aux tourments et cette lampe qui chancèle, je peux voir cette pluie s’abattre impitoyablement sur le pont du navire.
Les voiles se gonflent par la brise déchainée comme ci en cet instant d’écriture la nature ressentait le trouble m’envahir…

J’aime les femmes il est vrai !
Elles sont gracieuses et indispensables à nous autres les hommes…
Tantôt berceau de tendresse ou les bourreaux de nos cœurs !

Mais pour la première fois depuis fort longtemps…

Je ressens en moi quelque chose de profonds…
Je sens que cette personne est faite pour moi !
Du moins, j’ai l’envie de faire ma vie avec elle
et de construire quelque chose de beau et de grand.

Douce Naéra, comment me perçoit-elle ?

Il y a des mots qui blesses et qui nous font mal !
Mais je ne lui en veux pas car au fond…

Quelques mauvaises langues doivent se complaire sur ma personne.
J’espère simplement qu’elle trouvera assez de force pour faire vent des ragots
et me voir telle que je suis.
Car pour elle, je ne peux être le partisan d’une séduction légère et fausse quand bien même mon cœur bat la chamade à chacune de nos rencontres !

Mieux ! Je ne pourrais me permettre de faire souffrir cet amour !
Ce serait me mettre la corde au cou et m’ôter toute raison d’être !

Ce Takar un soi disant ami…Fichtre !

Pour ma part, un bien piètre comédien qui semble vouloir par la pitié
s’octroyer les bonnes grâces de Naéra…

A chacun sa méthode !

Et pour ma part, l’honnêteté prime sur la comédie.
Mais peut-être que je me trompe…

Peut-être que je suis la proie d’une jalousie ?

Mais dans cette taverne j’avais le sentiment que tout était faux !
Je me suis senti l’objet d’une conspiration…
Face à une réunion de mâles en souffrance qui tentèrent d’être intelligent !
Comment pouvaient-ils croire une seconde que j’allais gober ce spectacle si navrant ?

C’est étrange et loufoque …Mais grave à la fois.

Mais…

Je n’en veux à personne car l’homme est complexe.
Et puis au fond il est normal de trouver Naéra séduisante.

Et je ne peut hélas prétendre détenir la clé de son cœur...

Le temps apporte son lot de réponses...

Ainsi, je vais donc laisser la mer me porter à bon port.

J'ai de toute façon tant à faire pour les autres...

Qu'il est bien prétentieux de penser m'accorder du temps
en cette période si trouble.

Je me dois d'honorer ma responsabilité et mon engagement
au sein de la Fraternité, avant même mon bien être personnel.

Le mal n'attendra pas hélas, que la lumière s'imprègne de se sujet d'amour !

Et puis...

La vie est si fragile lorsque l'on est un soldat...

(Pose sa plume et referme doucement l'ouvrage d'un air résigné...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baptiste De Claimp
Epoux de Jaï De Claimp
avatar

Nombre de messages : 122

MessageSujet: Re: L'ouvrage interdit d'un poète en l'arme...   Jeu 6 Nov - 16:56

(Agite lourdement sa plume…)

Le froid s’est abattu sur nous…
Nous avons veillé à l’ombre de cette mission…
Tout c’est bien passé, la troupe est sauve.
Pas de blessés…Pas de morts…

Que demander de mieux pour une troupe de renfort ?

Pour ce qui est de la discipline…
J’ai veillé au grain, car l’erreur n’était pas permise !
La vie des prisonniers est en jeu dans cette sordide affaire !

Le froid fut dérangeant pour nos corps qui s’engourdissaient…
Mais Dompt apporta bonne humeur à la troupe en poussant doucement la chansonnette.
Je ne savais pas qu’il avait cette faculté d’offrir à nos cœurs cette douce chaleur…
Naéra était également présente dans la troupe apportant également une bien douce chaleur à mes lèvres et mon coeur.

L’attente fut longue mais chacun prenaient son mal en patience, malgré cette neige qui nous glacés les os !

Enfin presque tous le monde...

Fichtre ! Ce bougre de Rikkua…
Une botte de foin lui ferait quinze jours !
Il a franchement une case de vide !

C’est pathétique de voir quelqu’un tenter d’allumer un feu de camps à coup de parchemins…
Surtout quand celui-ci ne maitrise rien, qu’il se brûle et créé par la même occasion un brasier qu’il faut s’empresser d’éteindre !

Et encore bien des choses…

Enfin, je ne vais pas tout énumérer…
Je risquerais de manquer d’encre !

Mais une chose est sur c'est qu'il va apprendre ce que le mot « respect » veut dire…

Pour ce qui est du héro Jean de Neufcastel, j’espère vraiment qu’il nous reviendra vite…
Je le souhaite vraiment pour la Commandante Jaï qui souffre énormément de son absence.

Ainsi que pour nous tous, membres de la Fraternité qui prenons cet homme pour exemple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baptiste De Claimp
Epoux de Jaï De Claimp
avatar

Nombre de messages : 122

MessageSujet: Re: L'ouvrage interdit d'un poète en l'arme...   Ven 7 Nov - 21:29

(Ecrits quelques mots tout en arborant sur son visage l’expression du romantisme…)

Naéra,

Douce sujette de mes songes…
Enivrante de mes sens et poétesse de mon cœur !
Je suis l’esclave de ce désir brûlant…

Mon corps frémit au fond de sa chair lorsque j’ai l’esprit à hauteur de vos seins blancs !
Cette peau si douce agréable à mes doigts, ce parfum de jasmin qui titille mon tarin !
La passion à cette auberge je ne peut l’oublier…
Sur cette table coquine ou l’on c’est aimé !

Et vos lèvres si tendres qui bousculent mon être, tentatrice destructrice de toutes fondations.
Vos cheveux à mes caresses se tendent vers la soie…
Un amour ardent imprègne l’empreinte telle une gravure de sens dont j’ai la connaissance.

Mon cœur se frustre à l’idée de songer, que l’avenir n’est pas ligne car elle est parodiée.
Peut importe le prix pour ce cœur qui parle…
Car l’amour est plus fort que la raison d'un futur.

L’étreinte en mouvance jusqu’au sanctuaire de l’eau…
Vestige fragile d’un tissu d’abandon.
Je garde pour moi la culotte des souvenirs…
En l’armure je la garde prêt du cœur il va s’en dire.

Un paquet en ma main pour penser à demain…
Son sourire et ses lèvres sont toujours aussi tendre…

Naéra…

Même si l’avenir me porte aux soucis, car soldat je le suis et demain n’est pas sùr…

Il y a une chose dont je suis sùr…

Si l’amour est un visage…C’est en le votre qu’il flamboie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'ouvrage interdit d'un poète en l'arme...   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'ouvrage interdit d'un poète en l'arme...
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Interdit aux moins de 18 ans
» Pensionnat Interdit
» Rome interdit les bocaux à poissons rouges...
» Maudramme de Métromanie, le Poète-Bretteur
» On reconnaît la passion à l'interdit qu'elle jette sur le plaisir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Val de Bise - Module NWN :: Partie RP :: La taverne :: La ville des voiles : Luskan-
Sauter vers: