Le Val de Bise - Module NWN

Forum du Val de Bise, module RP de Neverwinter Nights
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lhoergnarbeth la Dragonne : Rencontre Brulante.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Altamar
Future victime des vieux
avatar

Nombre de messages : 92
Habitat : Une région de Montagne quelque part en France

MessageSujet: Lhoergnarbeth la Dragonne : Rencontre Brulante.   Jeu 6 Aoû - 19:52

Lhoergnarbeth : Rencontre

J’étais loin de penser prendre une telle raclé quand je suis entré dans cette crypte non loin de Bryn Shander. Infectée d’être pas bien frais, j’ai vu des squelettes et des momies en tout genre. Il était aisé de se débarrasser d’elle au plus vite. Puis j’arrivais dans une grande pièce ou trônait en son milieu un autel d’or devant lequel officiait une liche. L’esprit et le corps sous la protection de nombreux charmes magiques que je m’étais appliqué à l’aide de parchemins, le combat là aussi fut bien rapide. Une fois cette besogne mené à bien, je m’assis sur l’autel, prenant garde à ne pas écoper d’un maléfice ou de ne pas déclencher un piège et je me permis une pause pour dessiner les lieux.

J’étais dans un cul de sac, il devait bien y avoir une porte caché pour accéder aux niveaux inférieurs de cette crypte. Approchant la flamme d’une torche que je venais d’allumer prés des murs, je pu trouver une porte dérobée. Le courant d’air qui s’engouffrait dans les interstices, aspira la fumée et je n’eu qu’a trouver le mécanisme qui actionner l’issue. Je continuais donc mon exploration, prenant bien note au fur et à mesure de mon avancée du chemin sur une carte temporaire. Je débouchais enfin sur une porte que j’entrouvrais afin de jeter un coup d’œil.



Un Seigneur des momies trônait sur le haut d’une pyramide, je ne sais pas trop ce qu’il y faisait mais si je voulais continuer mon périple nul doute que je devrais passer par là et en découdre. J’avalais encore quelques fioles qui décuplèrent mes capacités et lus un parchemin d’invocation d’animal, j’eu ainsi comme compagnon de bataille une très belle araignée. Sous le couvert de l’invisibilité, je me lançais alors à l’assaut de ce mort vivant, laissant la créature invoquée attirer son attention. Je pu ainsi le surprendre et faire pleuvoir mes coups sur lui, mais pour quelque qui était déjà mort une fois il avait de l’énergie à revendre. Je finis tout de même par prendre le dessus et c’est alors que récitant une formule, il disparut de devant moi. Je restais comme un imbécile, mes armes pendantes à la main à scruter la zone devant moi pour voir ou était passé ce malotru mais rien n’y fit.

Quelqu’un avait observé toute la scène. Une femme, protégée par une armure énorme qui reprenait les traits d’un dragon.



Il est étrange de voir qu’elle n’avait pas siller d’un pouce durant le combat. Comprenant mas surprise devant la disparition du maître des lieux elle me rejoint sur le promontoire sans mots dire et me désigna de la pointe de son épée une porte grillagé qui venait de s’ouvrir puis de se refermer. Je m’élançais alors sur l’ouverture et lorsque je la passais, aussitôt, je fus assailli par le Seigneur non-mort. Il n’avait pas eu le temps de se régénérer des blessures que je lui avais infligé auparavant et je le défis, mettant enfin un terme à sa seconde vie. Me penchant je ramassais alors à sa ceinture une large hache de bataille scintillant d’une aura bien rougeâtre. Puis je rejoins la femme avec l’intention ferme de m’enfuir de cet endroit sans oublier dans consigner dans mon codex les tracés.

C’est alors que tout bascule rapidement dans un flou que je ne comprends pas. Elle s’approche de moi et me dit avec violence :

« Sa hache … Donne moi sa hache.
- Plait-il Madame ? Répondais-je alors. »

Elle marque une pose et reprend avec encore plus de véhémence :
- Ou tu me donne la hache ou alors je te la prendrais de force.
- Je ne suis pas contre le fait de vous donner cette arme mais je vais quand même vous poser ma condition.
- Quoi tu veux te battre en duel ? Je ne tuerais pas ne t’inquiète pas … J’ai besoin d’or c’est tout.
- Justement, j’allais y venir. Quel est votre besoin ? Pourquoi agir comme ça ? »

Elle devait être à rude épreuve face à un type borné comme moi, mais elle prit sur elle et me répondit quand même :

« J’ai besoin d’or pour un enchantement puissant. J’ai trouvé le mage mais il me manque l’or. Ca te va ? Alors maintenant donne moi ça avant que je te l’arrache. »

J’avais déjà un plan, je posais au sol un sac sans fond et je pris mes jambes à mon cou. J’étais sur qu’avec mon agilité et elle avec sa lourde armure il n y avait aucune chance qu’elle me rattrape. Et en effet, le temps qu’elle ramasse le sac sur le sol, qu’elle l’ouvre et qu’elle s’aperçoive que dedans il n’y avait qu’une vieille épée rouillé j’avais déjà pris une bonne longueur d’avance. Je l’entendis rugir dans la salle. Un rugissement semblable à celui d’un dragon qui m’en appris beaucoup sur la nature de ce personnage et qui me fit redoubler de vitesse. Arrivé à la sortie de la crypte je me bénis d’en avoir fait les plans en détails ce qui me permit de ne pas me perdre. Un cheval se trouvé à l’entrée et je me dis que si c’était le cheval de la Dame je pourrais lui faire payer son impudence. Je me mis donc à défaire les lanières de la selle et tout occupé que j’étais à préparer ma farce, je n’eu que le temps de me retourner quand j’entendis le cliquetis de métal de ma poursuivante.

Elle me hurlait dessus. J’allais payer pour ma fourberie. Je lui dis que j’avais fait ça à dessein, que si elle voulait elle pourrait grâce à mon aide gagner bien plus d’or que si elle restait seule. Mais excédé elle me sauta dessus et m’assena plusieurs coup du pommeau de son épée à la tête avec une violence extraordinaire.

Quand je revins à moi j’étais dépouillé, attaché et jeté sur le dos du cheval sans ménagement et en caleçon. C’est le sang qui dégoulinait sur mon visage qui me réveilla, à moins que se ne soit la queue du cheval qui me fouetté la figure, je ne sais pas. J’avais bien mal au crane et je ne savais pas depuis combien de temps j’étais ainsi installé.

(En travail d'écriture^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Altamar
Future victime des vieux
avatar

Nombre de messages : 92
Habitat : Une région de Montagne quelque part en France

MessageSujet: Re: Lhoergnarbeth la Dragonne : Rencontre Brulante.   Sam 8 Aoû - 12:08

Forêt de Mirabar, la folie et le feu.

Alors que je pendais sur le cheval de tout mon long, il me semblait que les chemins s'enchainaient les uns derrière les autres. J'avais chaud dans la tête et froid dans le corps. Les questions se bousculaient dans mon esprit et je ne cessais de tenir des propos incohérent. Je n'avais rien avalés depuis deux jours, mon corps traité sans ménagement par la femme dragonne me faisait souffrir dans sa totalité. Lorsque le sommeil me prenait, je rêvais de cartes, elles s’étiraient, se mélangeaient, prenant des formes humaines et venant me parler. Elles me disaient que tout étaient possible et que nul ne pouvait arrêter le grand cartographe que j'étais. Tout m'était accessible, je détenais le pouvoir de faire plier la réalité à mon bon vouloir. Et quand je me réveillés en sueur, la queue du cheval fouettant toujours mon visage je ne pouvais m'empêcher de rire à pleine gorge ce qui se soldait à chaque fois par un coup à la tête qui me faisait perdre conscience.

Nous arrivâmes dans une sorte de remise en pleine forêt, et la femme me soulevant en poids me lança sur le plancher vermoulus. Elle avait me dit elle comprit que je pouvais l'aider dans sa quête et elle voulait savoir comment. Je le sentais, j'étais en train de sombrer dans une sorte d'état second, en riant doucement je demandais qu'elle me donne de quoi dessiner. Elle me lança mes affaires et je me mis à l'ouvrage en chantant une chanson que je ne connaissais pas et qui étrangement raisonner dans ma tête sans que je comprenne son sens.

"Griffe ... Griffounette,
Dragonnet, et dragonnette."

Quatre mots mis sur un air enfantin et qui ne voulait rien dire. Mais si, suis je bête, c'est elle, c'est ce qu'elle m'avait dit sur la route. Sa quête, rassembler des griffes de dragons pour être plus puissant. Je terminais le dessin de l'abri de bucheron et je le dessinais en flamme. Des flammes apparurent alors sur le toit et les murs de bois ainsi que des volutes de fumée.

"Le monde m'appartient, je le tient dans mes mains. Quand je dessine je peux infléchir la réalité.
- Jolie, dit-elle se reculant pour mieux voir les flammes, très jolie.
- Les cartes me donnent le pouvoir de créer l'illusion mais je veux plus ... Je veux que mes illusions deviennent réalité. Je roulais le parchemin et commencer le dessin de la femme en armure qui se tenait maintenant devant moi.
- Dessine ce bâton pour moi, dit-elle. C'est lui qui va me donner le pouvoir."

Je roulais mon précédent dessin et le plia dans ma poche et les flammes qui dévoraient le bois disparurent aussitôt. Je m'exécutais en silence tout en fredonnant ma petite mélodie et je fis deux parchemins en parallèle. Sur le premier j'allais enfermer la dame sur mon parchemin et elle allait elle aussi m'appartenir. Il le fallait, pour tout ce qu'elle m'avait fait. Puis je lui fis la représentation de son maudit bout de bois et je lui tendis. Elle s'en apparat, sauta prestement à l'extérieur de l'abri et me dit :

"Que veux tu faire avec tes illusions, le pouvoir ne vient pas de ce qui n'est pas réel ... Voilà ce qui est le vrai pouvoir."

Elle souffla flamme et souffre sur le cabanon qui prit aussitôt feu. Je restais assis au milieu du parquet en chantant à tue tête. Ma raison s'était enfui à ce moment là je crois. Mon esprit lâcha prise et je me mis à crier sans savoir pourquoi que le monde m'appartenait que mes cartes le contiendraient. Je me levais et me mis à danser au milieu des flammes et lorsqu’elles commencèrent à lécher de trop prés ma peau, pris de panique je sautais dehors mes vêtement et me cheveux complètement roussis.

La dragonne elle aussi était prise de folie ou de cruauté je ne sais pas. Elle mit le feu à la forêt pendant que je m'adonnais à réaliser de magnifique entrechat sur la route. Les flammes devinrent grondantes et bientôt de nombreux arbres s'embrasèrent.

Soudain, un portail apparut au beau milieu du chemin et un elfe en sortit.



Il huma l'air et examina les dégâts puis il disparut. Le portail réapparut dans le dos de la femme dragon. L'elfe armé d'une épée magique se jeta sur Lhoergnarbeth qui n'eut que le temps de se retourner et reçut la lame en plein ventre. Elle hurla de douleur et se traina sur le bord du chemin mal en point.

Moi la tête embrumée je continuais à danser avec les flammes en chantant à tue tête que de toute façon le monde m'appartenait. L'elfe arriva vers moi avec la ferme intention de me châtier. Je lui tournais le dos et je ne m'aperçus même pas de sa présence. Il frappa mon coté et je tombais au sol. Les ombres m'enveloppèrent et je disparus dans leurs seins. Aspiré par ma folie et par le bien être de l'obscurité je disparus du chemin. Mais l'elfe ne s'en préoccupa pas, il invoqua un élémentaire d'eau qui se chargea avec succès des flammes. Puis il disparut lui aussi empruntant le même passage par lequel il était venu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Lhoergnarbeth la Dragonne : Rencontre Brulante.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fanarts (ceci est un bien grand mot) de la dragonne Vipère
» Premier pas loin de chez elle
» Repos après un long voyage
» Nelhen, arrivée d'une dragonne [en cours & en pause][John Dan]
» Les fiches de publicité de Armanda

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Val de Bise - Module NWN :: Partie RP :: La taverne-
Sauter vers: